fbpx

Seul là-haut!

La solitude du gestionnaire, une réalité troublante.

Hé! il y a deux mois, j’ai rencontré un gestionnaire actionnaire qui se sent seul là-haut!

Lors d’un premier contact téléphonique, Réal me raconte ses défis, ses ambitions, les préoccupations qui l’habitent, mais ce qui retient mon attention au bout d’une heure quinze de discussion : « JE ME SENS SEUL, PERSONNE À QUI ME CONFIER VRAIMENT ET PROFONDÉMENT ».

Mon cœur a explosé de compassion pour cet homme. Tout en écoutant son histoire, je réalisais à quel point les dirigeants sont seuls avec eux-mêmes. Certes, quelques-uns ont la chance de développer des amitiés profondes et d’être capable d’exprimer leurs doutes, peurs, peines, mais je vous garantis que c’est moins de 15 % d’entre eux. Bien souvent, on est à mille lieues de se rendre compte que la personne en face de soi souffre de solitude et surtout qu’elle est seule là-haut!

Lors de ma première rencontre avec Réal, nous avons exploré le thème de la solitude quand nous sommes au haut de la pyramide. Et vous, vivez-vous cette solitude? Avez-vous quelqu’un à qui vous pouvez vous confier sans jugement ni risque stratégique? Est-ce possible de retrouver cela dans votre organisation et de vous sentir sécuriser émotionnellement?

Voici quelques pistes qui peuvent mener à se sentir moins seul. Mais n’oubliez surtout pas que la solitude peut nous toucher n’importe quand, de manières différentes, qu’il s’agisse d’un état temporaire ou permanent. Si cela persiste dans votre vie, je vous invite à consulter un professionnel. Sinon vous constaterez que la solitude a des bienfaits extraordinaires dans notre vie.

Quelques pistes de réflexion…

La première relation sur laquelle vous devez travailler, c’est celle que vous entretenez avec vous-même. L’élément qui nous a été le moins enseigné dans notre vie est celui de bien vivre avec soi-même et de faire un pas avec soi chaque jour. Mon livre « Les excuses qui tuent. Devenir la meilleure version de soi-même » est un merveilleux compagnon de route. D’ailleurs Réal l’utilise et nous évoluons avec ses travaux.

Mettez de la douceur dans votre vie. La vie dans les hautes sphères de gestion n’est pas de tout repos. La pression est forte. Les heures sont longues. La rapidité des décisions et leurs conséquences sont constamment épiées et les gérants d’estrade toujours bons pour critiquer. Les preuves ne sont plus à faire sur les bienfaits de ces activités : marchez, bougez, méditez, faites-vous masser, etc. Seule votre capacité du pouvoir du moment présent compte. La joie prend racine dans le lâcher-prise.

Joignez-vous à un groupe relié à l’une de vos passions de vie, peu importe laquelle. Vous avez déjà un réseau professionnel, alors changez de réseau. Cela vous ressourcera au plus haut point. Je sais, cela n’est pas toujours facile de passer par-dessus sa gêne, sa peur, etc. Mais allez-y! Vous aimez tricoter? Go! Vous aimez aider les autres? Allez servir des repas aux gens démunis. Évitez d’être encore pris dans le monde des affaires, chiffres, stratégies, etc. Changez d’air! De mon côté, je passe toujours des soirées mémorables à jouer au billard. Jouez pour vous amuser simplement; votre enfant intérieur adorera.

Suivez notre nouveau groupe privé sur Facebook (début 1 avril 2019) :

Révélez et soyez la meilleure version de vous-même.

Venez-y simplement avec votre cœur pour partager, échanger et grandir un pas à la fois, selon votre propre rythme et votre goût de vous y investir.

C’est dans ce groupe privé que vous aurez accès à moi sous différentes formes : partages, vidéos, « lives », conférences privées, formations et même des voyages exclusifs hors de l’ordinaire.

De plus, plusieurs personnes et passionnés du développement humain se joindront à la communauté pour nous partager leurs points de vue, témoignages et expertises sur différents thèmes.

Joignez-vous à moi dans cette belle aventure à être la meilleure version de soi-même!

Au plaisir de vous lire, voir et fouler des terres qui nous révèlent.

La solitude, une alliée hyper importante

Notre capacité à comprendre la solitude et la souffrance nous permet de développer notre compassion et notre amour. Nous avons tous tendance à fuir notre souffrance, à l’éviter et à privilégier la recherche de plaisir. Or, il est essentiel d’apprendre à notre mental que la souffrance peut parfois être bénéfique.

Selon Eric Klinenberg, professeur en sociologie à l’Université de New York, l’accès constant aux téléphones portables et aux réseaux sociaux augmente notre aversion pour la solitude. La peur de passer à côté de quelque chose est entretenue par d’innombrables photos de nos amis participant à des activités passionnantes. Le besoin de se divertir n’est jamais assouvi, explique M. Klinenberg, et nous éloigne de ce qu’il appelle la « solitude productive ». https://wagner.nyu.edu/community/faculty/eric-klinenberg

Réfléchir à nos actes et songer à nos futurs progrès personnels est la pierre angulaire de la solitude productive. Organiser notre temps pour y parvenir pourrait nous rendre plus heureux, plus forts et plus responsables. Autrement dit, cela permet de prendre du recul pour mieux retrouver la vie courante avec discernement et énergie.

À moins que vous ayez un mal être avec la solitude, rappelez-vous que celle-ci est une alliée extraordinaire. Réal réalise, un pas à la fois, la chance qu’il a et doit oser franchir quelques défis de vie. Et vous?

« Il n’y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin. » – Thich Nhat Hanh, auteur.

Richard Roy,

Partage cet article

Autre articles

Seul là-haut!

1 avril 2019

Laisser un commentaire