fbpx

La pureté de l’intention en affaires…

Partir à la rencontre d’Alexandre dans un petit village des Cantons-de-l’Est sans trop savoir le but exact de la rencontre, mais juste se laisser guider par une voix qui vous interpelle et une demande d’aide venant d’un cœur chagriné, car il a perdu le contrôle sur son entreprise. Intrigant non?

Après plus de 1 h 30 de route, me voilà rendu chez lui, dans sa maison de campagne. Il sort sur le balcon pour m’accueillir et retenir ses trois chiens…

Feu de cheminée, café latté servi, deux chaises berçantes l’une en face de l’autre, les trois chiens couchés au sol. Aucun mot n’est mentionné. Je vois les larmes qui coulent sur ces joues. L’émotion émerge en moi. Je ressens profondément sa tristesse, ce vide qui l’habite, cette douleur face à la peur de l’échec. Puis finalement, sa bouche s’ouvre et d’une voix cassée il me dit : « J’ai perdu le contrôle. Mon entreprise ne cesse de grandir, et j’ai l’impression de ne plus être à la hauteur ».

Avez-vous parfois l’impression d’avoir cette incertitude profonde? Dans mon cas, cela est arrivé plus d’une fois, croyez-moi. La beauté c’est que nous pouvons changer; rien n’est immuable.

Alors, que pouvons-nous faire pour nous recentrer et être dans cet espace de la pureté de l’intention tant dans notre vie qu’en affaire?

Voici quelques pistes qui prennent sens dans ma vie et, qui sait, sauront peut-être vous inspirer? D’ailleurs, si vous souhaitez approfondir je vous invite à vous procurer mon livre : Les excuses qui tuent. Devenir la meilleure version de soi-même.

Prendre soin de son âme

Prendre soin de soi, s’aimer assez pour se consacrer quelques minutes chaque jour pour méditer. Pas besoin de grande méthode ni de technique et d’acrobatie : juste être assis et respirer librement, écouter sa respiration, laisser monter les pensées sans s’accrocher à celles-ci, s’accueillir. Alors, sur notre chaise berçante, j’ai demandé à Alexandre de juste fermer les yeux, de respirer profondément et d’accueillir son état sans le combattre. Ne pas livrer bataille, mais juste l’accueillir avec amour pour soi et se dire : « je suis privilégié de vivre cela, car je vais grandir, car tout passe, les nuages, les saisons, les parents, enfants, l’entreprise et les problèmes rien n’est permanent ». Admettre sa souffrance et s’accueillir avec bienveillance, n’est-ce pas plus doux pour notre être? La pureté de l’intention commence peut-être ici.

Arrêter de se comparer

Alexandre se pencha et prit un article de journal qu’il me tendit ayant pour titre : Les 10 commandements d’un bon leader. Je n’ai pas eu le temps de lire 20 secondes qu’il me dit : « Je suis nul si je me compare à eux ». La comparaison vous mènera directement à la culpabilité et votre égo se fera grand plaisir à vous faire souffrir. Se comparer à qui? À quoi? Si nous cessions de nous comparer et consacrions du temps à nos forces, talents naturels en nous? Avoir le courage de dire non à la comparaison et d’être soi pour le bien des autres, n’est-ce pas une belle piste à explorer dans nos organisations? La pureté de l’intention commence peut-être ici.

Le silence dans nos organisations

Le bla-bla mental, les radios, les médias sociaux, les égocentriques qui tuent à grand coup de parole et que nous continuons de tolérer au détriment de la cohésion et de l’harmonie d’équipe; et si le silence nous aidait? Pendant notre conversation, la sonnerie du téléphone d’Alexandre se fit entendre. Il me regarda pour avoir mon approbation. Aucun geste de ma part. Il prit l’appel, pour répondre « je suis en réunion je te rappelle ». WOW! Quelle efficacité! Immédiatement, il perdit le « focus ». Au bout de 10 minutes, je lui demande de retourner en silence à l’intérieur de lui, pour que son bla-bla mental cesse. Avez-vous déjà vécu cela? Quand vous débutez vos réunions et que tout le monde arrive avec ses préoccupations, faites-vous silence avant de débuter? Avant une rencontre avec un client, faites-vous silence pour vous centrer? La pureté de l’intention commence peut-être ici.

Prendre soin des autres

Nourrir nos relations pour être en réelle relation, et non pas juste pour en retirer quelque chose, est-ce possible?

Quelques mots clés puisque nous sommes à l’ère des médias sociaux : compassion, empathie, bienveillance. Juste ces trois mots. Avez-vous déjà vu dans une organisation ces trois mots incorporés dans les valeurs? Ils sont trop beaux, trop engageants, trop vrais, trop purs. À ce jour, je n’ai jamais vu cela inscrit sur un mur d’une organisation. Et pourtant, qu’est-ce que le travail d’équipe, qu’est-ce que la communication, qu’est-ce que l’expérience client?

Quand je demandai à Alexandre ce que ces trois mots signifiaient pour lui, son visage devint lumineux, ces yeux sourirent. Il se leva et me dit : voici ma nouvelle mission dans ma vie et dans mon entreprise. Quand commençons-nous à travailler?

Et vous, que pouvez-vous faire de mieux aujourd’hui?

La pureté de l’intention commence peut-être ici?
Alors, quand commençons-nous à travailler ensemble?
Richard Roy

Président

SCFPI

Partage cet article

Autre articles

Seul là-haut!

1 avril 2019

Laisser un commentaire